×

Meilleur clavier gamer : comparatif et tests 2023

meilleur keyboard blogintelli

Meilleur clavier gamer : comparatif et tests 2023

Outre les performances de ce périphérique, notamment portées par l’intégration de nouvelles technologies, les meilleurs claviers gamer se doivent surtout d’être confortables et de s’adapter à vos besoins. Ergonomique, réactif, design, filiaire ou sans-fil, le champ des possibles est vaste. C’est pourquoi nous vous proposons une sélection hétéroclite des meilleurs claviers répondants à divers critères.

Il y a toutefois un critère qui l’emporte souvent sur les autres et qui nous impose de subdiviser cette sélection en deux « camps ». D’un côté, nous avons donc les claviers gamer dits « mécaniques » et, de l’autre, les modèles à « membrane ». Certains joueurs ne voudront d’ailleurs même pas entendre parler de cette seconde catégorie, mais il en faut pour tous les goûts.

1. Razer Cynosa Chroma V2

  • Les plus
  • Silencieux
  • Rétroéclairage touche par touche
  • Personnalisation complète grâce à Synapse
  • Les moins
  • Sérigraphie des caractères spéciaux
  • Manque un repose-poignets
  • Pas d’antidérapant sur les pieds

Encore moins bruyant que le Corsair K55 RGB PRO XT, le Cynosa Chroma est une référence en matière de discrétion. Razer a fait du bon travail, et si les contacteurs à membrane sont pour beaucoup dans ce résultat, la structure du clavier n’est pas à négliger. Celle-ci est d’ailleurs très élégante, même si le design est un classique de chez Razer.

Par rapport à l’Ornata Chroma, le fabricant n’a pas opté ici pour ses interrupteurs hybrides, les « méca-membranes ». Cela permet bien sûr de réduire sensiblement les coûts, même s’il faut faire avec une réactivité un peu moindre. Rien de dramatique cependant grâce à un « retour » correct des touches. Autre « économie », le key-rollover est limité à dix touches, ce qui est suffisant pour la plupart des joueurs, d’autant que l’antighosting est parfaitement efficace. Ce n’est pas le plus « joueur » des modèles sur le marché, mais assurément un candidat à considérer pour votre setup gaming.

2. Logitech G915 Lightspeed

  • Les plus

– Design fin, élégant et fonctionnel

– Switches GL agréables et performants

– Touches macros et multimédias

– Double connectivité et grande autonomie

– Lightsync et G Hub

  • Les moins

– Pas de repose-poignets

– Caractères spéciaux peu visibles la nuit

– Nécessite une tirelire bien garnie

Le Logitech G915, c’est un peu la « Rolls-Royce » du clavier gamer, même si un tel jugement est éminemment subjectif. Avec un tarif « défiant toute concurrence », il existe en deux versions, selon que l’on opte plutôt pour le filaire (G815) ou le sans-fil (G915 Lightspeed). C’est cette seconde version que nous retenons, pour la liberté qu’elle autorise.

Pour le reste, les deux sont strictement identiques, avec de nombreux arguments pour convaincre les plus exigeants des gamers. Bien sûr, on retrouve les contacteurs GL développés par Logitech en partenariat avec Kailh : ultra-plats, ils assurent la remarquable finesse du clavier. Leur réactivité reste parfaite, et plusieurs variations sont possibles, selon que vous préfériez des linéaires, des tactiles ou des clicky. Attention cependant, le point d’activation à 1,5 millimètre pourra surprendre certains joueurs, mais une fois que l’on y a goûté, difficile de revenir en arrière.

3. ASUS ROG Strix Scope II 96 Wireless

  • Les plus
  • Switchs NX Snow impeccables
  • Design réussi, finitions de qualité
  • Keycaps, switchs remplaçables
  • Triple connexion (filaire, RF, BT)
  • Excellente autonomie, même en RF
  • Les moins
  • Tarification « ROG »
  • Pas d’USB passthrough
  • Repose-poignets « dur »
  • Armoury Crate à clarifier

Une fois encore, la réputation des produits ROG d’ASUS se confirme. Le Strix Scope II 96 Wireless est un excellent clavier gamer qui tient compte de tout ce que les utilisateurs ont remonté depuis des années. Hélas, la réputation de prix élevés sur la gamme se confirme également, et il ne faut pas espérer le trouver à moins de 180 euros (plutôt 190-200), ce qui reste une pilule difficile à avaler.

Heureusement, nous en avons pour notre argent avec une insonorisation réussie, des contacteurs d’excellent niveau, une finition impeccable et des fonctionnalités avancées. Le Strix Scope II 96 Wireless est un modèle conçu pour durer, sur lequel il est possible, et très simple, de remplacer un contacteur défectueux. Il intègre plein de bonnes idées depuis la molette multifonction jusqu’à la triple connexion, en passant par les pieds sur deux niveaux ainsi que la technologie OMNI pour utiliser un unique dongle sur le duo clavier et souris. Cher, mais remarquable.

4. Roccat Magma Mini

  • Les plus
  • Ultra-compact, tout léger
  • Design et rétroéclairage originaux
  • Discrétion des membranes
  • Fonction Easy-Shift[+]
  • Certification IP33 rassurante
  • Les moins
  • Réactivité des membranes
  • Plastiques bon marché
  • Éclairage qui peut devenir gênant
  • Câble qu’on ne peut débrancher

Compact et peu onéreux, le Magma Mini est un clavier convaincant pour le gaming. Bien sûr, Roccat a été contraint de limiter certaines fonctionnalités pour atteindre ce petit prix tout en proposant un design assez recherché. Ce design constitue à n’en pas douter l’un des atouts du Magma Mini alors si vous n’êtes pas convaincus par la plaque translucide rétroéclairée, passez votre chemin.

Pour le reste, Roccat fait confiance à des solutions éprouvées, mais qui n’ont rien de renversant. Ainsi, la technologie à membrane offre un bon compromis entre silence et réactivité, mais ne peut se comparer, même au plus basique des claviers mécaniques. Enfin, la compacité du Magma Mini limite les petites fonctions sympas, en dehors de l’Easy-Shift[+] : il n’est même pas possible de retirer le câble USB.

5. The G-Lab Keyz Carbon E

  • Les plus
  • Du mécanique pour pas cher
  • Du rétroéclairage à petit prix
  • Aisé à utiliser, pas besoin de logiciel/driver
  • Les moins
  • Durée de vie probablement faible
  • Très bruyant avec ses switchs blue
  • Finitions et matériaux forcément imparfaits

Avant d’éventuellement craquer pour le Keyz Carbon E de The G-Lab, il faut bien avoir conscience de plusieurs éléments. Tout d’abord, il s’agit d’un produit bruyant avec ses switchs blue très clicky. Ce choix de couleur n’est pas anodin pour un clavier gamer, quand du rouge, par exemple, peut être préférable pour de meilleures performances et un bruit réduit. Ensuite, c’est un produit qu’il faudra probablement traiter avec une certaine douceur pour ne pas briser ou trop user les différents éléments, dont les matériaux et la finition sont logiquement loin des meilleurs claviers du marché.

Si vous êtes d’accord avec ces deux faits, alors le Keyz Carbon E est une solution tout à fait pertinente pour les joueurs en quête d’un clavier mécanique rétroéclairé honnête au prix contenu.

6. Roccat Vulcan II

  • Les plus
  • Le choix des couleurs et des interrupteurs…
  • Frappe douce et confortable (en linéaire rouge)
  • Construction sobre et sérieuse
  • Nombreuses fonctions à portée de doigts
  • Les moins
  • Câble USB non detachable
  • Pieds qui manquent de finesse de réglage
  • Le repose poignets aurait mérité d’être moins rigide

Si le prix et l’overdose de rétroéclairage du Vulcan II Max vous rebutent, mais que vous souhaitez tout de même tenter l’aventure Roccat avec un clavier plein format, ne cherchez plus ! Malgré quelques sacrifices secondaires et un repose poignets que certains jugeront peut-être un peu dur, avec son tarif honnête et son look sobre et premium, le Vulcan II est difficile à véritablement critiquer. Le confort et la précision sont au rendez-vous, tandis que le constructeur n’a pas rogné sur la qualité des matériaux, et c’est là le principal. Une belle alternative aux ténors de la concurrence à quelques euros de moins.

7. Corsair K70 Pro Mini Wireless

  • Les plus
  • Design et finitions remarquables
  • Réussite du rétroéclairage
  • Contacteurs d’excellente facture
  • Saisie agréable, parfait en jeu
  • RF 2,4 GHz, Bluetooth ou filaire
  • Les moins
  • Mini clavier, gros tariff
  • Résonance (relative) du chassis
  • Quelques oublis fonctionnels
  • Certains caractères peu lisibles

Tout au long de notre article, nous n’avons jamais parlé tarification. Pourtant, à l’heure de conclure, impossible de passer sous silence la « douloureuse » qui aura rarement aussi bien porté son nom : à près de 190 euros, ce K70 Pro n’a plus rien de mini et, forcément, il fera douter plus d’un amateur de gaming. Comme à son habitude sur ses modèles haut de gamme, Corsair n’y va pas avec le dos de la cuillère, mais comme à son habitude également, il a des arguments pour nous convaincre.

D’abord, pour un modèle 60%, le K70 Pro Mini Wireless est exceptionnellement bien pensé. Il est compact et ne gaspille aucun centimètre carré. Il est léger et surtout parfaitement équilibré. Enfin, il ne sacrifie aucune technologie majeure sur l’autel de la compacité. Bien sûr, il n’est pas question de retrouver de molette multifonctions ou de port USB pass-through, mais la triple connectique vaut son pesant de cacahouètes, la technologie Axon pourra tenter certains gamers et le rétroéclairage est un modèle du genre.

Enfin, Corsair intègre 8 Mo de mémoire pour le stockage de nombreux profils, autorise l’enregistrement de macros sans même disposer du logiciel iCUE et assure une autonomie plus que satisfaisante. Le choix des contacteurs Cherry MX Red est un tout petit peu plus discutable dans la mesure où du low profile aurait sans doute élargi l’audience d’un modèle qui nécessite un petit temps d’adaptation, mais constitue malgré tout un modèle du genre.

8. GG Berserker

  • Les moins
  • Du lourd, au propre et au figuré !
  • Pas d’USB pass-through
  • Interface logicielle rustique
  • Repose-poignets non-aimanté

Pour être tout à fait honnête, le Berserker nous pose un sérieux problème. Avec son Ironclad, GG avait déjà décroché un 9, mais ce nouveau fait encore mieux à presque tous les niveaux. La perfection n’étant pas de ce monde, nous ne pouvons attribuer un 10 et gardons donc ce 9 en précisant que oui, GG améliore encore sa formule.

Proposé à 139 euros, le Berserker va d’ailleurs poser un problème à tous les fabricants de claviers. Nous serons effectivement beaucoup plus durs avec ceux qui prétexteront que « c’est le plus silencieux que l’on puisse faire » ou « mais le PBT c’est bien trop cher pour de l’AZERTY ». Nous sommes sûrs que certains se reconnaîtront.

Non, le Berserker n’est pas parfait. Il n’est pas totalement silencieux. Il manque certaines fonctions bien pratiques et nous avons une préférence pour le low profile. Son logiciel devrait être redessiné et son poids va traumatiser les globe-trotters. Reste que la qualité de frappe et sa discrétion générale n’ont aucun équivalent. Ni dans cette gamme de prix ni pour deux fois plus cher.

9. Roccat Vulcan II Mini Air

  • Les plus
  • Confort, finitions et matériaux de qualité au rendez-vous
  • Technologie sans-fil irréprochable
  • Éclairage riche et pratique
  • Logiciel simple et complet
  • Le plein de fonctions et de raccourcis
  • Les moins
  • Un beau bébé délicat à transporter
  • Uniquement avec switchs rouges en France pour le moment
  • À quand la version plein format ?
  • Pas toujours évident à dompter

L’essai du sans-fil est assurément transformé pour ROCCAT avec ce Vulcan II Mini Air. S’il demeure bien quelques désagréments mineurs, et que de nombreux joueurs préféreront probablement se tourner vers une hypothétique version plein format de ce clavier gamer, reste que les amateurs de sans-fil et de format compact ne peuvent qu’être séduits.

Le constructeur allemand démontre une nouvelle fois tout son savoir-faire, aussi bien du côté construction que du côté des fonctionnalités, tout en contenant (un peu) le prix de son produit. Ses différentes technologies embarquées sont pertinentes et convaincantes, les matériaux utilisés respirent la solidité, et les finitions sont irréprochables. Nous avons désormais hâte de mettre les mains sur le prochain clavier sans fil grand format du constructeur, pour voir si le résultat est aussi probant !

10. ASUS ROG Strix Scope NX Wireless Deluxe

  • Les plus
  • Triple connexion (RF, BT, USB)
  • Réactivité des switchs NX
  • Design réussi, finitions parfaits
  • Rétroéclairage magnifique
  • Anti-ghosting, N-key roll over
  • Les moins
  • Keycaps en ABS
  • Forte résonance du chassis
  • Armoury Crate lourd
  • Des fonctions manquent

Seulement quelques semaines après avoir testé le GG Ironclad, mettre ainsi les mains sur un produit conçu par une grande marque est l’occasion de percevoir la différence entre un concepteur passionné et un mastodonte du périphérique gaming. Le ROG Strix Scope NX est clairement un très bon produit, mais on sent que des arbitrages ont été réalisés par ASUS sans que l’on comprenne toujours le pourquoi du comment.

Ainsi, l’utilisation de plastique ABS sur un clavier à plus ou moins 150 euros est une réelle déception. Il en va de même pour la gestion hasardeuse des nuisances sonores directement liées à la structure ouverte d’un châssis en aluminium. ASUS semble ici privilégier l’esthétique sur le caractère fonctionne de son produit. N’ayez crainte, si le Strix NX est perfectible, il dispose aussi d’atouts indiscutables comme des contacteurs de grande qualité, un rétro-éclairage superbe et une triple connexion qui lui assure une polyvalence remarquable.

Conclusion

Que l’on soit joueur ou amené à travailler régulièrement sur clavier gaming, il est agréable de disposer d’un périphérique à la fois réactif, durable, confortable et qui réponde à nos besoins.

Pour un joueur, le choix est d’autant plus complexe qu’il n’est pas toujours simple de différencier les innombrables contacteurs que l’on peut rencontrer et, pour ne rien « arranger », les membranes ont fait d’énormes progrès, les rendant aujourd’hui toujours plus proche du « compromis acceptable » entre réactivité et confort.

La rédaction de blogintelli vous dit à bientôt….don’t forget to subscribe

Share this content:

3 commentaires

comments user
MUTABESHA BANYWESIZE Sardou Michel

Super

    comments user
    Pascal Ombeni Lebon

    merci ya Michel

Laisser un commentaire