×

Centrafrique: Le leader politique Crépin Mboli-Goumba obtient une liberté provisoire de huit jours.

Centrafrique: Le leader politique Crépin Mboli-Goumba obtient une liberté provisoire de huit jours.

Décision prise mardi à l’issu de sa première comparution devant les juges à Bangui.

Arrêté le dimanche dernier alors qu’il s’apprêtait à voyager à Douala au Cameroun, Crepin Mboli-Goumba est poursuvi pour « Diffamation et outrage à magistrats. » Après être pris à la justice centrafricaine, affirmant qu’elle était « corrompue jusqu’au plus haut sommet de la hiérarchie » lors d’une conférence de presse animée le 21 février dernier.

Lire aussi:Flash- non diffusion du message sur le génocide: une boutique de Canal + saccagée à Kinshasa

Pendant l’audience, le prévenu pas encore inculpé Mboli-Goumba déclare « Je me suis mentalement préparé à subir tout ce qui suivra ce procès en dénonçant le dysfonctionnement de la justice centrafricaine et en me mettant en garde à vue avant la notification de la garde à vue. »

Après deux heures de débats contradictoires et 30 minutes de concertation, le doyen des juges Mathieu Nana Bibi a déclaré : « Le prévenu Mboli-Goumba, après la demande de renvoi à huitaine de ses avocats, le prévenu Crépin Mboli-goumba est mis en liberté provisoire avec interdiction de sortir du périmètre de Bangui. »

Lire aussi:Guerres dans l’Est de la RDC: L’ONU promet d’alerter la Communauté Internationale

Au sortir de l’audience, maître Nicolas Tiangaye, un des avocats de Crépin Mboli-Goumba se réjouit « Ma réaction est une réaction de satisfaction. Je voudrais ici rendre hommage au tribunal qui a accepté cette demande de mise en liberté provisoire. Je pense que c’est un honneur pour notre justice et je pense que le procès qui va se dérouler le 13 mars se fera dans la sérénité pour que triomphe la force du droit sur le droit de la force. »

Crépin Mboli-Goumba, visiblement soulagé, a quitté le tribunal sous haute sécurité et encadré par les forces de l’ordre, recevant les acclamations de ses partisans. À ce jour, il compte 16 avocats, les avocats se mobilisent encore en bloc pour sa défense en vue du procès à venir. Malgré sa liberté provisoire, son passeport demeure confisqué par les autorités judiciaires.

L’affaire Mboli-Goumba illustre les tensions qui peuvent surgir entre le pouvoir politique et judiciaire en République Centrafricaine, soulevant des questions sur l’indépendance de la justice et le respect des libertés individuelles. Le procès à venir sera certainement suivi de près pour garantir un déroulement transparent et équitable.

Lire aussi: RDC: Ce que l’on sait de la bombe tombée à Goma ce vendredi

Share this content:

Laisser un commentaire